L' ARTHROSE : UNE MALADIE DEGENERATIVE !

Dossier publié dans a revue : "Santé, corps, esprit"

numéro 37 de Juillet 2019

 

Saviez-vous que 17 % des Français souffrent d'arthrose soit environ  9 à 10 millions.

Bien connue pour ne pas avoir besoin d'être décrite, l'arthrose peut être définie comme une dégénérescence chronique des cartilages articulaires. Cependant, et en pratique, cette dégénérescence dépasse largement les cartilages et atteint l'ensemble de l'articulation. On a longtemps cru, et on le croit encore, que les cartilages s'usent avec le temps mais l'expérience médicale des médecins qui utilisent les médecines dites naturelles dément cette croyance.

S'il est vrai que les traitements "classiques" demeurent sans effet sur cette dégénérescence, je peux vous assurer que l'arthrose, traitée avec des moyens naturels, n'est pas une fatalité, bien au contraire.

 

Intoxication et acidose

             La raison en est très simple : l'arthrose n'est pas une maladie mécanique d'usure des cartilages mais une maladie métabolique dont la cause est une acidose tissulaire. C'est cette acidose qui détruit les cartilages et l'articulation. Elle ronge même l'os ainsi que toutes les structures adjacentes telles que les muscles, tendons et jusqu'au liquide articulaire intra-articulaire qui nourrit les cartilages. Cette acidose finit même par déminéraliser les structures articulaires c'est-à-dire qu'elle les détruit, les déstructure, les assèche et les rigidifie à l'extrême.

L'acidose fait toujours suite à une intoxication de l'organisme et c'est sa persistante qui provoque alors tout naturellement de l'inflammation, cause de tous les symptômes douloureux que connaissent bien les rhumatisants.

            Cependant, contre toute attente et contrairement à ce qui est régulièrement énoncé, ce n'est pas l'inflammation qui est la cause de l'arthrose mais bien l'intoxication elle-même. Ainsi plus l'organisme s'intoxique et plus celui-ci enflamme la ou les  parties plus spécialement intoxiquées, ceci afin de les nettoyer et d'éliminer les déchets acides qui s'y accumulent ! Cela est logique puisque l'inflammation est une réponse normale et naturelle à toute intoxication de l'organisme. Retenez donc bien ceci : ce n'est pas l'inflammation qui crée l'arthrose mais l'intoxication et par conséquent l'acidose qui s'ensuit. L'inflammation est un marqueur d'intoxication !

 

Le rôle de l'inflammation


Nous avons donc d'un côté ces toxines acides qui abiment le cartilage jusqu'à le ronger et l'abimer et de l'autre côté une inflammation réactionnelle qui tente précisément de l'en empêcher. Ainsi, traiter l'inflammation en la bloquant par des médicaments puissants supprime bien entendu l'inflammation et donc la douleur mais ne fera qu'aggraver l'arthrose qui ne guérira pas tant que la cause originelle, l'intoxication, ne sera pas prise en compte. C'est donc d'elle qu'il faut absolument se préoccuper si on désire avoir la moindre chance d'améliorer voire de guérir une arthrose.

            L'inflammation a pour rôle de brûler les déchets acides et de favoriser leur élimination. Il est alors naturel de favoriser les traitements qui vont dans ce sens puisqu'ils provoquent le nettoyage de ces déchets hors de l'articulation ainsi que leur élimination hors du corps. Mais un tel traitement restera incomplet s'il n'envisage pas en même temps la régénération du cartilage associé à une reminéralisation des tissus.

Il faut comprendre que l'articulation ne peut pas se régénérer en présence d'un terrain acide intoxiqué. Il sera donc judicieux, dans le même temps, de l'en éloigner le plus possible.

Au final le traitement naturel d'une arthrose se résume à quatre impératifs : détoxifier, rendre efficace une inflammation, reminéraliser et enfin régénérer l'articulation.

 

Causes classiques de l'arthrose


      Les causes les plus évidentes et reconnues par le corps médical sont le surpoids ainsi que les microtraumatismes ou traumatismes directs (accidents, sports, travaux répétitifs ou à percussion…) qui, avec le temps, finissent par fragiliser l'articulation et l'enflammer. Une autre cause, souvent mise de côté et pourtant fréquente, concernant surtout les membres inférieurs et la colonne vertébrale, est un trouble de la posture. Déviée de son axe ou déformée, l'articulation est contrainte à des forces mécaniques qui accentuent alors le risque d'une arthrose. Ce trouble de posture devra, bien entendu, aussi être traitée de son côté.

      Enfin cette arthrose peut être qualifiée d'héréditaire, ce qui est le cas d'1 arthrose sur 8.

De nombreuses maladies telles que le diabète ou une autre maladie inflammatoire, prédisposent à la survenue d'une arthrose, ce qui se comprend parfaitement au vu de ce qui a déjà été énoncé précédemment.

 

Les symptômes de l'arthrose

            L'arthrose se déclare la plupart du temps par des douleurs, plus souvent à l'effort, par un gonflement (œdème) de l'articulation ainsi que parfois par des raideurs, le tout empêchant alors tout mouvement de l'articulation concernée (impotence fonctionnelle). L'articulation peut être un peu rouge et chaude, tout signe typique d'une inflammation dont ils en sont la conséquence.

Il existe cependant de nombreuses arthroses qui ne se dévoilent que très tardivement à cause, précisément, d'une absence de douleur et d'inflammation. Inversement la douleur ressentie n'est pas toujours proportionnelle aux lésions constatées et de nombreuses arthroses s'avèrent extrêmement douloureuses malgré une radiographie presque normale. Cela est lié au fait que c'est surtout l'inflammation et l'œdème réactionnels qui irritent certains filets nerveux juxtaposant l'articulation plutôt que la dégénérescence elle-même. La dégénérescence n'est encore que débutante alors que la réaction inflammatoire est très intense. L'absence de douleur ou d'inflammation n'est cependant pas un bonne chose puisqu'elle signe un manque de réaction vis-à-vis de cette intoxication acidifiante.

            Les complications de l'arthrose sont surtout invalidantes en terme de qualité de vie surtout lorsqu'elle s'accompagne de douleurs névralgiques (sciatique, névralgie cervico-brachiale…) par irritation des nerfs qui passent par là ou encore de déformations secondaires importantes.

 

Le diagnostic

            L'arthrose se diagnostique par une simple radiographie qui suffit presque toujours à l'identifier, sauf au tout début où parfois elle est trop insignifiante pour pouvoir être détectée.

Le radiologue va alors décrire des signes de pincement articulaire lié à l'usure des cartilages. Au lieu d'un liserai noir régulier et d'une certaine épaisseur exprimant cet espace fait de cartilage et d'un liquide (le liquide synovial) qui assure la fonction de coussin, on voit apparaitre une diminution voire une disparition totale de cet espace. A un stade avancé d'écrasement articulaire visible sur la radio, on peut affirmer qu'il n'existe plus d'articulation mais presque uniquement un contact direct entre les deux os. Le cartilage a pratiquement disparu et l'articulation n'assure alors plus son rôle. Elle perd alors toute sa souplesse et toute sa capacité mécanique d'amortissement des mouvements et se rigidifie de plus en plus.

Un deuxième signe est la déminéralisation des os adjacents à ces articulations s'exprimant sous la forme de lacunes transparentes liées à une réduction de leur densité osseuse. L'os perd sa densité et se fragilise par raréfaction minérale. Le dernier signe extrêmement visible est un élargissement des têtes osseuses (becs de perroquet) qui, à l'opposé de la déminéralisation, se densifie sur les côtés comme s'ils voulaient compenser la faiblesse interne de l'os en élargissant la surface de contact disponible et donnant l'impression qu'elles ont été écrasées.

 

Le traitement classique

Le traitement classique de l'arthrose est très décevant et uniquement symptomatique. De plus, source d'effets secondaires importants, il ne traite ni l'intoxication ni l'acidose et encore moins leur véritable raison d'être. Certes il soigne parfaitement, disons plutôt supprime la douleur mais ne le fait uniquement que le temps de la prise du traitement expliquant la nécessité de prendre ces traitements à vie.

Or ce n'est absolument pas le cas des médecines dites naturelles qui soignent très bien cette affection même si parfois elles doivent laisser la main au chirurgien. 

Cependant sans traitement naturel envisagé avec régularité et patience, une articulation atteinte en suivra souvent une autre et l'arthrose continuera d'évoluer de toutes les façons !

Mais cela est tout à fait normal puisque l'arthrose est une maladie générale qui touche l'ensemble de l'organisme. Sa véritable cause est une acidose généralisée et elle fait suite à une intoxication de l'organisme  qui se focalise sur une (ou plusieurs articulations) rendue(s) faible(s) par des causes souvent mécaniques.

            Un autre point fondamental à évoquer est le suivant : un traitement médicamenteux très efficace aggravera la maladie arthrosique puisque soulagé, le malade utilisera d'autant plus abusivement ses articulations abimées sans ressentir la moindre douleur, accélérant de ce fait leur usure par un surmenage inadapté à leur état réel. Il accumulera plus de déchets encore négligeant les multiples signaux émis qui étaient présents afin de lui éviter de malmener ses articulations enflammées, inflammation douloureuse dont le rôle était justement de les nettoyer par le repos forcé. Ainsi tout traitement classique doit être le plus souvent évité ou utilisé avec bons sens et parcimonie !

            Ce risque n'existe pas avec les remèdes naturels puisque leur activité n'est pas symptomatique mais étiologique. Ils détoxifient l'organisme et le désacidifient, traitant de ce fait la raison d'être de l'arthrose. L'inflammation et donc la douleur n'ont alors plus besoin d'être présentes et l'articulation peut refonctionner normalement sans artifice !

 

Quel est le mécanisme de l'arthrose

            Nous faisons de l'arthrose parce que nous sommes intoxiqués. Non évacuées parce que bloquées et séquestrées, des substances toxiques vont s'accumuler au niveau des tissus articulaires et créer progressivement de l'acidose.

A l'état normal, ces acides sont neutralisés par des substances minérales alcalines issues des nos réserves minérales (les os). Transformés en déchets neutres (une substance acide qui s'associe à une substance naturelle alcaline devient neutre) ils seront pris en charge par le système lymphatique et circulatoire pour être rejetés au dehors. Cette évacuation physiologique de tous les instants est réalisée par des organes spécifiques d'élimination que nous appelons émonctoires et dont la fonction est d'évacuer les déchets et substances indésirables de l'organisme vers l'extérieur. Ces émonctoires sont le gros intestin, les reins, le poumon, la peau et les muqueuses et la vésicule biliaire. Or l'un de ces organes, le rein, est particulièrement concerné dans l'arthrose puisque c'est surtout lui qui est impliqué dans l'élimination de ces corps acides (aussi le poumon). Toute acidité excessive retrouvée dans l'organisme implique donc la nécessité de renforcer l'activité émonctorielle des reins, ce que nous verrons dans le traitement général.

En combinant ces substances acides avec des substances minérales dites alcalines, l'organisme neutralise ces acides et les rend inoffensifs. Au contraire non évacués des tissus, ces acides s'accumulent et finissent, avec le temps, par épuiser les réserves minérales. S'ensuivent une acidose excessive et de la déminéralisation générale et locale.

 

Les causes toxiques de l'arthrose


     Les causes de cette intoxication sont multiples : alimentaires, hygiéniques, traumatiques, troubles de la posture, psychiques et même émotionnelles. Toute source d'intoxication fortement acidifiante crée le terrain général de l'arthrose. Localement tout traumatisme répété ou surpoids crée un blocage des énergies circulantes qui favorise un embouteillage tout comme une porte qui ne s'ouvre plus et crée de ce fait un ralentissement du flux de passage et finalement un bourrage qui stoppe toute possibilité de mouvement.
 

      On accuse souvent, à juste titre, le poids d'être une cause importante d'arthrose. Cependant ce n'est pas seulement la pression liée au poids qui cause cette arthrose mais l'intoxication générale de l'organisme, toujours présente lors d'un surpoids puisqu'elle en est aussi la cause principale. Si le poids était l'unique cause, on n'aurait que très peu d'arthrose des doigts et très peu d'arthrose des membres inférieurs chez les gens maigres, ce qui est loin d'être le cas !
 

       Notez bien que l'absence de douleur entre les crises n'est pas signe de disparition de l'arthrose et donc de dégénérescence articulaire mais simplement de diminution voire de disparition de l'inflammation. Une articulation fait mal lorsqu'il existe de l'inflammation et celle-ci apparait d'autant plus fréquemment que l'articulation se dégénère progressivement avec le temps et plus encore souvent, sauf cas particuliers, lorsque l'articulation est complètement détruite. Ne traiter l'arthrose que lors des crises douloureuses est donc une très mauvaise idée et il conviendra de traiter absolument la cause profonde de cette arthrose entre les crises, donc même lorsque la douleur est absente, cela en plus bien sûr du traitement des crises douloureuses.

 

L'intoxication source de dégénérescence


            L'intoxication générale de tout l'organisme et des tissus articulaires en particulier est la cause fondamentale de l'arthrose mais elle s'associe aussi à une perte de minéraux ainsi qu'à une asphyxie cellulaire.

Un corps intoxiqué s'acidifie, s'asphyxie et se déminéralise au niveau de ses cellules. Ces trois facteurs associés sont la conséquence inéluctable d'une cellule intoxiquée qui souffre. Par leur persistance, la cellule finit par ne plus fonctionner ou même par mourir.  C'est ce phénomène qui crée avec le temps une  perte de substance cellulaire des cartilages, os et autres structures, source de la dégénérescence et donc de l'arthrose proprement-dite.


            Une cellule non intoxiquée ne crée pas de déchets, elle respire, fait face à l'oxydation naturelle de ses fonctions et se recharge constamment en minéraux. Elle travaille normalement et engendre bien sûr des déchets mais ceux-ci sont aussitôt évacués et éliminés grâce à tout un processus de détoxification extrêmement efficace. L'acidose et l'asphyxie cellulaire liées à un manque d'oxygène et à l'excédent de gaz carbonique, tout autant que l'accumulation de radicaux libres sont pris en charge de façon régulière et continuelle par un mécanisme physiologique qui fonctionne parfaitement. Baignant dans une mer de liquide lymphatique, la cellule est automatiquement nettoyée mais aussi alimentée en nutriments et oxygène, en substances anti-radicalaires (les anti-oxydants apportés par l'alimentation) et en minéraux alcalins susceptibles de neutraliser les acides issus du fonctionnement cellulaire.

 
          Il faut savoir que pour fonctionner, que ce soit pour sa survie ou pour accomplir le travail auquel elle est dévolue, la cellule a besoin d'énergie et celle-ci est fournie surtout à partir du sucre amené par le sang. Une fois utilisé ce sucre est transformé en composants acides afin qu'ils soient neutralisés très facilement par les substances minérales alcalines toujours disponibles à l'état normal puis éliminés. Non neutralisés ou non éliminés, ces acides deviennent cependant des corps toxiques qui saturent la cellule et la font dégénérer tout comme un acide détruit la peau lorsqu'il est appliqué directement sur celle-ci !

C'est le système lymphatique qui a pour fonction de drainer ces déchets. Bloqués dans ce système les acides envahissent la totalité de l'articulation et enclenchent cette inflammation bénéfique dont nous parlons depuis le début. Une "crise" d'arthrose, avec forte inflammation, est une tentative intense de nettoyage alors qu'une arthrose chronique évolutive peu inflammatoire est le reflet d'un organisme hautement intoxiqué qui évoluera rapidement vers la dégénérescence par manque de réaction de la part de l'organisme.

 

L'arthrose, une maladie qui touche tout l'organisme


     Je le répète et insiste : l'arthrose est une maladie générale qui concerne l'organisme dans son entier. De leur côté les facteurs étiologiques classiques de l'arthrose, ceux évoqués plus haut,  ne font que focaliser cette intoxication et cette acidose sur l'articulation concernée. Par exemple des microtraumatismes répétés vont bloquer l'énergie circulante et conduire cette acidose partout présente à se déposer à cet endroit précis qui servira d'émonctoire dit secondaire. Si cette acidose était évacuée comme il se doit par les émonctoires naturels, elle n'existerait pas et ne pourrait évidemment pas se concentrer au niveau de cette articulation, même fragilisée. L'organisme y ferait alors face très facilement et ne générerait pas de phénomènes locaux d'accumulation des acides. Pris en charge facilement par le système lymphatique et les émonctoires, il les neutraliserait et les évacuerait au fur et à mesure des circonstances tout en régénérant immédiatement et efficacement cette même articulation grâce à la concentration toujours disponible en micronutriments, minéraux et substances actives présentes et apportés au fur et à mesure par la circulation.

     L'arthrose est donc une maladie générale qui se focalise sur une partie celui-ci, en fonction des faiblesses locales (traumatismes, sport, poids, posture, déviation…).

     Traiter l'arthrose revient donc à traiter, avant tout, l'intoxication générale de l'organisme.  

Mais alors d'où vient-elle ?

 

Quel sens donner à l'arthrose ?


     On peut dire que la seule et unique cause de l'arthrose est notre mode de vie toxique et acidifiant. Cela dépasse l'intoxication physique et doit également être ramené à nos pensées et modes de fonctionnement, sujet que je n'évoquerais pas ici faute de place. Simplement l'arthrose est liée à un mode de fonctionnement rigide, d'une autorité écrasante qui nous empêche d'avancer (membres inférieurs) ou d'agir (membres supérieurs) voire de se positionner (rachis) !

A vrai dire vivre de façon toxique nous ramène à un sujet beaucoup plus vaste que celui de l'arthrose car il concerne un sujet à lui tout seul, celui de l'intoxication.

 

LE TRAITEMENT

 
          Traiter une arthrose demande beaucoup de doigté car les techniques et remèdes utilisés sont très nombreux et d'intérêt très divers. Dans tous les cas ce traitement doit être général et localisé. Il doit tenir compte de tous les aspects vus dans ce dossier sans oublier de renforcer l'organe Rein (je veux parler de l'activité énergétique des reins) dont le bon équilibre est essentiel et fondamental pour le bon fonctionnement des os et des articulations ainsi qu'à la bonne reminéralisation (notions de médecine traditionnelle chinoise).

De nombreux complexes mis sur le marché sont fort intéressants mais parfois trop unifactoriels, n'agissant que sur un seul aspect de l'arthrose. Ils demeurent de ce fait insuffisants sur le long terme et expliquent les échecs parfois rencontrés malgré l'excellence de ces traitements.

            Il est vrai que le véritable obstacle à ces traitements est leur coût mais également la persévérance de leur prise. Un traitement aussi bon soit-il ne sera efficace que dans la durée et la persévérance.

 

L'hydrotomie percutanée.

            Véritable révolution du traitement des arthroses de tout genre, l'hydrotomie percutanée (apport d'eau) est une technique à la fois détoxifiante et régénérante. Son principe repose avant tout sur l'injection localisée d'eau de mer par voie percutanée (à quelques millimètres sous la peau) afin de réhydrater les cellules et tissus articulaires dégénérés. Je ne m'y étendrais pas car cela demanderait des développements beaucoup trop longs. Y sont également associés un chélateur (EDTA) dont le rôle est d'éliminer les substances toxiques et métaux lourds séquestrées dans l'articulation, du magnésium, un complexe vitaminé et des minéraux. Tous ces produits liquides sont injectés en regard des zones concernées. On peut également injecter de plus grandes quantités sous la forme de perfusions sous-cutanées.

            L'hydrotomie percutanée est répétée toutes les semaines durant 6 semaines voire plus souvent si nécessaire, puis espacées ou réitérées quelques mois plus tard selon les cas. C'est une technique sans danger aucun, aux résultats fidèles et que je conseille vivement à tous ceux qui désespèrent de leur arthrose. Pratiquée par un professionnel de santé (médecin ou infirmière), elle peut parfaitement être associée à d'autres soins locaux réguliers.

C'est une technique incontournable pour traiter tout type d'arthrose et je choisirais celle-ci si je ne devais en retenir qu'une seule. Elle améliore considérablement l'arthrose et est efficace 7 à 8 fois sur 10 et parfois avec des résultats surprenants. Elle ne doit cependant pas faire abandonner les autres types de traitements qui seront d'autant plus important que l'arthrose est ancienne ou évoluée.

A notre que cette technique est également royale en ce qui concerne le traitement des hernies discales. Voir : http://www.hydrotomiepercutanee.com

 

1 : Traiter l'intoxication


     La détoxification de l'organisme est une technique utile pour toutes les maladies et n'est donc pas spécifique à l'arthrose. Je ne la développerais pas puisqu'elle fera très prochainement l'objet d'un dossier complet.

Concernant l'arthrose, sachez que de nombreuses plantes dites dépuratives et dont le rôle est d'épurer le sang améliorent de ce fait également les inflammations et douleurs articulaires, l'arthrose et tout type de rhumatisme.

- Spécifiquement à l'arthrose on peut utiliser ces 2 formules détoxifiantes associées :

            * Patience racine + Salsepareille Rac + Bardane rac + Bugrane épineuse rac +  Cassis fe à prendre le matin en décoction.

            * Bruyère fl  + Frêne fe + Genévriers baies + Verge d'or fl + pensée sauvage partie aérienne fleurie à prendre le soir en infusion.

Ce traitement est à faire avant tout traitement général et constitue un véritable traitement étiologique. Il doit être répété (1 à 2 fois par an voire plus). Plus on détoxifie l'organisme et plus l'inflammation tend à diminuer et donc plus aussi l'arthrose régresse ! A faire de façon très douce si l'arthrose est déjà très ancienne ou très évoluée.

Un autre remède très efficace, spécifique des articulations grâce au soufre qu'il contient, est l'huile de Haarlem (laboratoire La Royale) à raison de (1 à) 2 gélules par jour (à prendre le soir au coucher, pour détoxifier la nuit). Plus facile à prendre que les décoctions et tisanes. 

            - Respiration ; l'expiration favorise l'épuration du sang.

 

2 : Traiter les reins, l'acidose et la déminéralisation


            Tout comme il existe des plantes détoxifiantes, il existe des plantes anti-acides mais également des plantes reminéralisantes. Or celles-ci sont souvent des plantes à activité rénale. Elles sont diurétiques et éliminent donc les acides par les urines (action émonctorielle). Une autre caractéristique de ces remèdes est de détoxifier l'organisme et de rééquilibrer les glandes surrénales (qui agit dans le stress et l'inflammation), ce qui a pour effet de soigner l'arthrose en profondeur. On utilise donc ces remèdes lorsqu'il existe des signes concrets d'acidose tissulaire avec fatigue, douleurs (articulaires mais aussi migraines ou névralgies…), de la goutte ou excès d'acide urique, d'urée …
 

Parmi les plantes à activité rénale et anti-acide :

- la sève de Bouleau ; intérêt de faire des cures au printemps chaque année et / ou lors des crises douloureuses

- Des plantes rénales : Genévrier (toute douleur surtout articulaire et nerveuse, nettoie les intestins, détoxifiante), Cassis feuille, Reine des près, saule blanc écorce

- Des plantes à tropisme articulaire telles que le Frêne, l'Alkékenge, le cassis

- Des bourgeons ou macérats (voir plus loin) : Le Bouleau verruqueux.

- Royal Eau anti-acide, un complexe de la Royale comprenant : Cassis, orthosiphon, Pariétaire, Romarin, Pensée sauvage, Sureau, Verge d'or, Queue de cerise, Fraisier.

- Bain anti-acide Proalcal (technique désacidifiante du Dr Jentschura) labo Décola : nettoie l'acidité rejetée vers l'émonctoire peau en la neutralisant directement par le contact avec l'eau alcaline. L'eau chaude dilate les pores et provoque un rejet plus abondant de ces acides par la peau. A faire en bain (2 c-à-soupe par bain) ou même en cataplasme local (1 c-à-soupe) avec ajout d'HE si besoin est.

 

Parmi les plantes reminéralisantes :

- Le lithothamne (une algue reminéralisante) : elle contient de nombreux minéraux capables de neutraliser les acides. Elle apporte ces minéraux sous forme organique et vitalisée.

- La Dolomite : sédiments (roche) constituée de calcium, magnésium…

- le Bambou tabashir : arthrose lombaire ou cervicale. Ses nœuds qui évoquent une colonne vertébrale

- L'ortie (+ dépurative) et la Prêle : apportent toutes 2 de la silice vitalisée et action sur les reins.

 

3 : Traiter l'inflammation


     C'est l'aspect du traitement le plus connu. Il existe en effet de nombreuses plantes ou procédés dits à activité anti-inflammatoire. L'inflammation détoxifie et nettoie l'organisme.

A vrai dire les remèdes anti-inflammatoires naturels n'existent pas. A y regarder de plus près, ils sont surtout détoxifiants ou drainants favorisant les émonctoires et les éliminations acides ou toxiques. C'est par cet effet indirect qu'ils donnent l'illusion d'être anti-inflammatoires. Ils ne bloquent pas l'inflammation mais stimulent les mécanismes d'épuration et d'élimination donc d'inflammation, diminuant du même coup la durée et la nécessité de cette inflammation. Le résultat est, de fait, bien sûr une activité anti-inflammatoire "apparente" avec diminution de la douleur mais sans effets secondaires.

- Harpogophytum (griffes du diable): le plus efficace pour les articulations. A donner lors des crises.

- Srofulaire noueuse ; équivalent Européen de la même famille (contient des harpagosides identiques à ceux de l'harpagophytum).

- Cassis : fortifiant, redonne de l'énergie nécessaire aux processus de détoxification.

- Reine des près : Précurseur de l'acide salicylique (aspirine). Détoxifie en éliminant les acides (diurétique), à utiliser si blocage des reins.

- Saule blanc ; C'est un arbre qui possède donc une forte activité tonique et vivifiante sur les processus d'engorgement lymphatiques. Il élimine l'eau des tissus gorgés de toxiques et d'acides. A donner si articulations gonflées. Possède une action calmante générale. Contient aussi de l'acide salicylique.

- Vergerette du Canada : diurétique, élimine les acides.

- Curcuma : grand détoxifiant (foie/VB) donc grand "anti-inflammatoire".

- Boswélia (encens ou oliban) ; grand remède d'action très général. Son activité ne se borne pas à détoxifier car il renforce l'immunité et régénère l'organisme de ceux qui n'arrivent pas à se  reconnecter à leur "moi" profond ! Incontournable dans l'arthrose ! 

- Gingembre: si faiblesses musculaires associées.

 

- Cuivre : calme les crises avec 6 ampoules/j, cure de 10 à 15 jours (voir protocole).

 

4 : Régénérer l'articulation


Etape finale et indispensable.

- Sulfate de Glucosamine + Sulfate de chondroitine : régénèrent le cartilage.

- Silice organique vivante issue du travail d'une plante : Prêle et ortie feuille. 

- Favoriser la circulation sanguine et lymphatique : régénère les tissus grâce à un apport optimal de l'ensemble des nutriments nécessaires. A donner si troubles circulatoires.

Vigne rouge (surtout arthrose des doigts ou membres inférieurs), Mélilot (membre inférieurs et si engorgement de la lymphe), Gingko (surtout chez la personne âgée ou si circulation cérébrale déficiente (vertiges…)

- Gemmothérapie (voir plus loin)

- Eau de mer : L'eau de mer est un véritable revitalisant général. Nos cellules possèdent un contenu identique à celui de l'eau de mer. Boire de l'eau de mer tous les jours remet nos cellules en contact avec la vie originelle. Cela réactive les potentialités cellulaires et leur redonne vie tel un bain de jouvence.

- Miltathérapie : technique qui utilise des ondes photoniques (laser, infrarouges…). Elle régénère les tissus et les détoxifie sur un plan énergétique. Elle nécessite un certain nombre de séances, chez certains kinés, ostéopathes, médecins ou thérapeutes… Voir : https://www.milta.fr

Pour ma part j'utilisais systématiquement l'hydrotomie percutanée associée à un traitement de miltathérapie immédiatement après.

 

La Gemmothéraie : les bourgeons ou macérats

Ils ont une action profonde mais doivent être pris de manière régulière. Les Macérats du laboratoire La Royale sont particulièrement efficaces (procédé spécifique).

Le Bourgeon ou macérat de Pin régénére le cartilage. Incontournable dans l'arthrose.

Le Bouleau verruqueux est désacidifiant, régénérant et renforce les reins. C'est un grand remède d'arthrose à associer avec le Pin.

Le Genévrier est détoxifiant et dépuratif (des reins et du foie). Complète les deux précédents.

Le Cassis calme l'inflammation aigue et renforce les reins (adaptogène).

La Vigne (vitis viniféra) calme l'inflammation et est très utile dans toutes les arthroses déformantes. Il redonne de la souplesse aux articulations

La Ronce ré-oxygène les tissus dégérérés et sera très utile dans l'arthrose du vieillard.

L'Airelle à donner chez le sujet agé arthrosique souffrant de troubles de perméabilité intestinale.

Enfin le Sapin régénére l'os et sera utilisé en cas d'ostéoporose associée à l'arthrose et le Frêne si surpoids (anti-acide). Gingko favorise la microcirculation. 

 

Les compléments impliqués dans l'arthrose

De nombreux substrats sont nécessaires à une bonne fonction articulaire et le meilleur moyen d'en disposer est d'avoir une alimentation équilibrée et une bonne perméabilité intestinale nécessaire à l'absorption de ceux-ci.

Sans être exhaustif, il faudra être attentif à un apport correct des éléments suivants :

Les Oméga 3 (huile de Lin ou de Noix + poisson), tous les minéraux mais particulièrement la silice (céréales complètes…), le manganèse (Thé), le bore (noix, légumes), le magnésium (décontracturant, relaxant des muscles contractés) la vitamine C (action sur la matrice de collagène des cartilages), vit D (os), vit E (anti-oxydante) et vit B (levure de bière, agissant sur tout le métabolisme), le soufre (Ail…, détoxifiant)…

C'est la raison pour laquelle de nombreux laboratoires associent ces différentes substances dans une même gélule. Cependant ne sont pas les quantités qui importent mais un apport régulier et une absorption optimale de ceux-ci qu'il conviendra d'apporter surtout par l'alimentation (légumes et fruits de saison et de la région).

 

Les huiles essentielles (HE) et remèdes d'action locale

- De nombreuses HE sont utiles pour soigner l'arthrose.

Cette formule d'HE extrêmement efficace pour tout type d'arthrose. Chaque HE agit spécifiquement sur un élément précis de l'arthrose, à la fois sur l'acidose et sur la régénération. A appliquer journellement (1 à 2 fois par jour selon l'intensité et l'évolutivité de l'arthrose) :

HE Gaulthérie procumbens  3 %  (ou 0,45 ml soit environ 16 gouttes pour 15 ml)

HE Bétula alleghanensis (bouleau) 3 % 

HE Eucalyptus citriodora 3 %

HE Pinus pinaster résine (pin) 3 %

HE Boswélia fréréara (encens)   3 %

HE Commiphora myrrha (Myrrhe)  3 %

HE Canarium Luzinum oleo-résine (Elémi) 3 %

HV Calophyllum Inophyllum  (ou HV de macadamia) qsp 1 flacon de 15 ml : 10 à 20 gouttes à faire pénétrer doucement sur toute la surface 1 à 2 fois par jour voire plus en cas de crise.

- Cataplasmes : faire des cataplasmes lors des crises inflammatoires aigues (1 à 3 fois par jour à laisser 1 heure) auxquels on peut ajouter les HE précédentes (10 à 20 gouttes)

Argile verte surfine Ou mieux  Proalcal Décola (voire bains)

A faire lors des crises de façon répétée.

 

Comment traiter en pratique ?

 

De façon régulière et avec persévérance (A prendre longtemps 3 semaines sur 4 ou 5 jours sur 7 avec des arrêts de 15 jours, 3 semaines voire 1 mois lorsque l'arthrose s'améliore)

- Tisane anti-acide La Royale. A prendre tous les jours, 1 à 3 c-à-soupe en infusion 20 mn.

Varier avec cette autre tisane anti-acide (cassis + frêne + Genévrier + Ortie fe + Prêle + Romarin + Orthosiphon + Reine des près + Bouleau fe + Tilleul Aubier. En décoction 5 mn puis infusion 20 mn, plus spécifique des reins et de l'arthrose.

- Reminéralisants (sels minéraux) impératif !  :

Lithothamne (labo La Royale) : 3 gélules matin et soir

ou Proalcal (Labo Décola) (Lithothamne + Dolomite).

- Favoriser les éliminations : penser à boire en dehors des repas et peu en mangeant.

- Glucosamine (1500 mg) + chondroitine sulfate (1200 mg) en continu au départ (environ 3 mois) puis réduire ou faire par cures lorsque amélioration (vendu dans de nombreux laboratoires)

- Traitement global :  Curcuma + Boswélia + Saule blanc (gélules à associer) 5 jours sur 7.

- Complexes de bourgeons La Royale : 3 semaines sur 4.

Gemo Cartilage (Bouleau + Genévrier + Pin) : 7 gouttes le matin (toute arthrose)

Gemo souplesse (Vigne + Pin + Airelle) : 7 gouttes le soir (si raideurs et ankyloses ou déformations)

- Agir sur la sédentarité et l'absence d'activité, poids, posture, circulation …

 

En dehors des crises douloureuses et seulement de façon épisodique

Faire des cures sur une périodes de 40 jours 1 à 2 fois par an; faire l'un ou l'autre ou alterner. On peut arrêter le traitement régulier sauf si reprise des douleurs

- détoxification (voir plus haut) et d'huile de Haarlem (1 à 2 / J).

- sève de bouleau : 1/2 verre (60 cc) le matin à jeun

- Royal Eau anti-acide : 1 ampoule matin (et soir) dans un verre d'eau

- Eau de mer isotonique : 3 ampoules par jour (cure de 20 jours = 2 boites de 30 ampoules)

- Boire 1 litre d'eau peu minéralisée en dehors des repas (lors de ces cures).

- Ail gélules.

 

En cas de crise douloureuse (traiter pendant 10 à 15 jours, à répéter à chaque crise)

- Huile de Haarlem La Royale : 1 à 2 gélules le soir au coucher (détoxifiant muscles et articulations)

- Dans un litre et demi d'eau, retirer un verre d'eau et ajouter :

            * 6 ampoules de granion de Cuivre

            * 2 ampoules de Soufre (détoxifiant) sauf si prise de huile de Haarlem.

            * 3 ampoules de magnésium (relaxant musculaire)

            * Dissulvurol : 120 gouttes (silice)

            * Bourgeons (macérats) de Gémo cartilage (Pin + Bouleau verruqueux + Genévrier) 30 gouttes + Gémo Cassis 15 gouttes

            * Un mélange des plantes suivantes en extraits hydro alcooliques, EPS, TM (teinture-mères mais alcoolisées) 2 c-à-soupe ou en tisane (3 c-à-soupe infusion 20 mn dans 1/2 litre d'eau à boire dans la journée) : Reine des près + saule blanc + Scrofulaire + genévrier + Vigne rouge

            * Complexe anti-douleur : Harpagophytum + Ortie + Cassis en gélules .

 

Alimentation (fondamental)

 
     Elle doit être désacidifiante et reminéralisante : éviter viandes rouges, charcuteries (plutôt viandes blanches ou impubères (veau, agneau…), augmenter la ration de végétaux de saison et de la région, oléagineux, épices, aromates, ail, oignon...
    Eviter au maximum les produits industriels et produits raffinés, supprimer le sucre blanc ou équivalent. Boire une eau déminéralisée et vitalisée (eau aimantée ou vortex…)